add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
juillet 13, 2020

Le Bloc-notes de Abdou GNINGUE – Chercheurs sans…recherches

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et les autorités scientifiques africaines viennent de mettre en place un groupe de réflexion chargé de se rapprocher de nos Guérisseurs traditionnels ou tradipraticiens pour voir si on peut trouver le remède miracle du côté de la médecine traditionnelle africaine pour freiner la pandémie du Coronavirus.

Composé de plusieurs scientifiques africains renommés,  parmi lesquels, notre compatriote Le Professeur Daouda NDIAYE, responsable de la clinique de Virologie de l’hôpital Le Dantec de Dakar, ce comité qui va travailler avec nos Guérisseurs tentera de rationaliser leurs trouvailles souvent empiriques.

A peine mis sur pieds, on entend des scientifiques africains qui, peut être sont frustrés parce qu’ils n’ont pas été cooptés dans ce groupe, rejettent ce comité. Ils  nous sortent une théorie de complot de l’OMS en complicité avec les milliardaires du monde qui sponsorisent cette organisation. Il s’agirait selon ces scientifiques, d’une machination qui permettrait à l’OMS de s’approprier les résultats de nos chercheurs et les utiliser suivant les directives de ces milliardaires qui les vendraient aux industriels de la pharmacie.

Si par bonheur, il se trouvait que nos guérisseurs, encadrés par nos hommes de sciences, parvenaient à proposer un remède miracle, ce serait un bénéfice pour toute l’humanité, qu’importe le bailleur qui aura permis à nos chercheurs… désœuvrés, faute de moyens, de sauver des millions de vies humaines.

Je ne connais pas ces milliardaires, certainement non africains, mais ils ont le mérite de faire travailler nos chercheurs alors que nos propres milliardaires préfèrent construire des immeubles ou mettre en place des banques ou d’autres activités qui font gonfler leurs capitaux. Ils ne pensent pas à la recherche pour améliorer les conditions de vie de leurs frères africains. Ils sont en Jets privés avec des hôtesses… particulières choisies parmi les plus belles nymphes du continent. Ils se pavanent en grosses cylindrées aux vitres teintées pour ne pas croiser nos regards besogneux.

Au lieu de s’en prendre à ces milliardaires africains qui ne pensent pas aux autres, on veut nous dévier vers un faux complot qui n’existe que dans la tête de ceux-là qui le sortent. Applaudissons des deux mains pour dire merci à l’OMS qui va sortir nos vaillants chercheurs de leur oisiveté permanente faute de moyens.
Les chercheurs africains n’ont rien à envier à leurs collègues des autres pays. Si nous prenons l’exemple de nos éminents professeurs Souleymane Mboup, connu pour sa découverte sur le VIH SIDA et Daouda NDIAYE dont les recherches sur le paludisme font qu’il est devenu incontournable dans ce domaine.  

Le Pr NDIAYE le dit, il a beaucoup bénéficié dans ses recherches de l’appui de la Fondation Bill et Mélinda Gate qui sont décriés aujourd’hui, certainement par ces théoriciens du complot. Les résultats de ses recherches ont permis de sauver plusieurs africains du paludisme qui tuent des milliers de personnes sur notre continent.

L’Afrique ne sortira jamais du sous développement tant que des élites sur lesquelles nous comptons pour améliorer la santé des populations,   ne se débarrasseront pas de cette maladie du complot permanent du monde développé sur le dos des africains et autres pays sous-développés. Quand il s’agit de sauver des vies humaines il ne doit plus y avoir de complexe de supériorité ou d’infériorité. La Covid19 ne fait pas de distinction entre riches et pauvres. Ce virus tape à toutes les portes riches ou pauvres. Dans une telle situation où c’est une sorte de sauve qui peut, il est heureux que l’OMS et ses bailleurs se tournent vers l’Afrique, le berceau de l’Humanité,  pour tenter de trouver une solution à ce casse-tête qui a déréglé toutes les activités humaines.

Le feuilleton de Babacar Ngom Sedima et les populations de Ndingler continue. M. Ngom s’est largement expliqué dans une conférence presse ciblée pour donner sa version des faits. A peine a-t-il terminé sa rencontre avec les Journalistes, les pêcheurs en eau trouble, tout vent debout, ont tenté de détruire les arguments du sieur Ngom mais n’ont donné aucune solution pour que les terres en question soient viabilisées.

Rien, si ce n’est que les slogans devenus un disque rayé comme On Veut spolier vos terres! Ou Halte à l’exploitation du monde rural ! Et que sais-je encore?

Dieu sait qu’avant que Babacar Ngom n’investisse dans cette zone, tous ces pêcheurs en eau trouble ne pouvaient pas situer sur une carte ces localités. Ils sont à l’affût et bondissent comme un diable sortant de sa boîte pour lancer des flèches aux hommes comme Babacar Ngom. Leur seul…tort est de vouloir faire avancer développer leur pays. Le ministre de l’aménagement du territoire Abdou Karim Fofana est entré dans la danse pour jouer au médiateur entre les camps.

On rappelle que La production du sucre dans le Nord du pays a été obtenue grâce à l’octroi de plusieurs milliers d’hectares à un homme d’affaires qui emploie à ce jour des milliers de sénégalais et nous a permis d’avoir au moins plus de la moitié de notre consommation de cette denrée. Babacar Ngom a été le moteur qui a entraîné d’autres sénégalais dans l’aviculture ou production de poulets de chair dont nous sommes désormais autosuffisants.

Qui dit mieux?  

Un tel homme doit être encouragé et non dénoncé par des gens qui ne proposent rien pouvant faire avancer le Sénégal vers le chemin du développement.  Ils sont tous des bouches parole comme disent nos amis Ivoiriens. Paroles paroles !comme dans la chanson.

Abdou GNINGUE
Journaliste Citoyen du monde rural

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *