add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
juillet 14, 2020

Rapport Ige 2016-2019: Au festin de la République !

En accédant au pouvoir en 2012, le Président Macky Sall avait sonné la fin de la bamboula dans la gestion des affaires publiques. Malheureusement, 8 années après, cette annonce semble être une balle de baudruche. La preuve : les rapports de l’Inspection générale d’Etat (Ige) se suivent et se ressemblent par l’ampleur des écarts constatés dans la gestion des deniers de l’Etat.

Les rapports 2016-2019 de l’organe révèlent que le « bling-bling » se poursuit de plus belle et renseigne que sur 80 véhicules de type 4X4 et 20 berlines, soit au total 100 voitures prévues, 882 ont été commandés en 2018 pour les agences et ministères. Il s’agit de l’acquisition de 484 véhicules de type 4X4 ou 4X2, 290 berlines et 108 utilitaires, auquel il faut ajouter 306 motocyclettes.

Faisant de l’utilisation des voitures de l’administration un véritable gouffre financier pour  l’Etat si l’on sait qu’un seul véhicule sur 9 devrait être acquis par le biais du programme annuel de l’État de 2018. Pire, des véhicules de l’administration font l’objet de prêt à des tiers.

Pis, des officiels appelés à d’autres fonctions refusent de restituer leurs voitures de fonction.

Autre domaine, d’autres malversations : Le rapport de cet Organe Supérieur de Contrôle Spécifique et Spécial placé sous l’Autorité directe et exclusive du Président de la République, couvrant la période 2018-2019, épingle l’administration pénitentiaire où des logements de fonction restent occupés par des agents à la retraite alors que les régisseurs, censés avoir des logements de fonction, n’habitent pas dans les établissements pénitentiaires.

Aussi, 78 agents fantômes ont été débusqués au ministère de la Culture, tout  comme un ministre a fait ouvrir un compte bancaire irrégulier pour y puiser 150 millions pour financer une association dont il est le président. En recevant les dits rapports, le chef de l’Etat a réagi en invitant l’Etat et ses démembrements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *